Loading

Carlos Taveira (Piri)

Mots et marées tome 2

Mots et marées tome 2

2015

Les Éditions L'Interligne, Ottawa, Canada, 2015.
Cliquez ici pour achetter
Roman, 186p, ISBN 978-2-89699-404-5
L'histoire de Marie-Josèphe-Angélique, esclave noire, Portugaise, exécutée à Montréal en 1734 par pendaison.


L'esclavage repose sur l'arbitraire. Marie-Josèphe-Angélique n'y fait pas exception. Née au Portugal, elle échoue à Montréal. En 1734, elle est accusée d'avoir mis le feu à la maison de sa maîtresse et d'avoir causé le brasier qui a rasé une quarantaine de maisons de la rue Saint-Paul. Carlos Taveira dresse un portrait réaliste des classes sociales en Nouvelle-France. Fusionnant habilement l'histoire et l'imaginaire, il raconte, dans une langue splendide, une époque mal connue. L'auteur agite la fatalité collée à la peau de l'esclave noire dont le monde intérieur fascine, car elle réussit à discipliner ses frayeurs et ses colères. Le roman raconte un pan refoulé de l'histoire du Canada, donnant la parole aux nombreuses femmes imaginaires qui, à l'intérieur de l'esclave, défient les juges. 11 provoque l'indignation. Une écriture efficace et un souffle puissant donnent une voix à une damnée de la Terre.


Notícia em Português
Ano de 1734. Trata-se aqui do último ano da vida de Marie-Josèphe-Angélique, escrava negra nascida em Lisboa, vendida aos nove anos a um holandês. Os infortúnios da sua condição trouxeram-na a Montreal onde foi acusada de ter posto fogo à vivenda dos mestres. Incêndio que se alastrou e destruiu mais de 40 casas do bairro burguês. Sofreu um processo injusto, foi torturada, enforcada e as cinzas lançadas ao vento. Este livro foi finalista do grande prémio de literatura de Ontário. (Este livro pode ser lido independentemente do tomo 1).


Extrait

« VOUS M’APPELEZ MARIE-JOSÈPHE-ANGÉLIQUE, messieurs, et pourtant je ne suis qu’une Maria parmi d’autres ; de leur nation je suis venue, des autres noms je n’ai pas la mémoire. Mais je sais que ma mère s’appelait Maria. Nous étions deux Maria en pleurs désespérés quand j’ai été achetée au Portugais en besoin d’argent pour payer les dettes de la maison et les luxes de sa famille. J’étais d’un jeune âge, incertain, dont j’ai souvenance grâce au Flamand qui me l’a dit au moment de me pousser sur son lit.
— C’est la première fois que je couche avec une femelle de neuf ans.
À neuf ans, sur le lit d’un homme brutal, loin de ma mère et de mon père, abandonnée par Jésus et par la Vierge… J’étais comme un bateau perdu sur une mer inconnue ! Je me recroquevillais sur moi-même, cherchant un réconfort qui n’arrivait pas ; les rues de mon enfance étaient devenues des chemins d’eau, des sentiers de larmes sur la mer salée. »





Nenhum comentário


Deixe o seu comentário: